Le défi de la brioche vendéenne

Publié le par Céline Lemaitre

Le défi de la brioche vendéenne

Ce week end nous poursuivons nos défis brioches avec Marie Anne, cette semaine nous jeté notre dévolu sur la brioche vendéenne, vous savez cette brioche tressée parfumée à l'eau de fleur d'oranger.
Moi elle me fait penser aux vacances. Les vacances en Charente Maritime, pas celles dans le Morvan... Parce que dans le Morvan j'ai un autre souvenir de brioche, une brioche ronde avec un trou au milieu et des picots sur tour....
Oh il faut que je trouve son nom et la recette!!!


En attendant je reviens en Vendée...


J'ai bien révisé cet après-midi, la pâte fermentée et la brioche, je suis au taquet!
Vu le nombre de fois où je visionne les vidéos de 750g sur YouTube, ils devraient me reverser une commission...


Donc en rentrant ce soir j'attaque la pâte fermentée!


J'ouvre le paquet de farine de 5kg (oui maintenant je l'achète par 5kg...) et j'en prélève 500g que je mets dans la cuve du robot, j'ajoute 10g de fleur de sel, 10g de levure de boulanger.
Je le mets en marche à petite vitesse et j'ajoute 350g d'eau.
Je laisse tourner le robot 4 à 5 minutes, pendant ce temps-là je prépare la gamelle de Clafoutie, il faut dire qu'elle tourne autour de moi en miaulant, elle fait la sirène, comme si elle n'avait pas mangé depuis 3 jours...


Une fois Clafoutie rassasiée j'arrête le robot, je récupère la pâte, je la mets dans un saladier je le filme et je laisse pousser.


Bon là j'ai du temps devant moi, au programme : préparer le repas, manger, faire la vaisselle...


Quand la pâte a doublé de volume je la récupère sur une planche légèrement fleurée et là je me défoule, je lui tape dessus, je la rabats, elle prends pour tous ceux qui m'ont bien fais ch... cette semaine!!!
Non franchement c'est trop bon de taper dessus!!!


Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin je remets la pâte dans le saladier, je filme et direction le frigo.


Pendant ce temps-là Marie Anne a déjà terminé ses brioches, elles sont magnifiques!!!


J'vous dis pas la pression!!!!


Maintenant que ma pâte fermentée est prête j'ai envie d'attaquer la pâte à brioche!


Mais il faut attendre que la pâte repose au frigo...


Mais j'ai envie...


Bon j'y vais, au moins je prépare les ingrédients...


Et là... Patatra!!!! J'ai pas de poudre à lait!!! Et j'ai pas non plus de sucre perlé!!!!


Malédiction!!!


Bon ben je n'ai plus le choix je vais devoir attendre demain pour m'y mettre parce qu'à minuit les supermarchés sont fermés à Créteil. Trop nul!!!!
Donc ce matin, levée de bonne heure (oui le concept de la grasse matinée est un truc qui m'a toujours échappé...), p'tit dej et puis je me prépare pour aller faire les courses.
Avant de partir je prends un café pour me donner du courage, parce que Carrefour un samedi matin, c'est une épreuve...
En plus le magasin est semé d'embûches...
Il faut passer par le rayon presse et forcément il y a des magazines de pâtisseries qui me tendent les bras, le rayon livre de cuisine (j'adore les livres de cuisine...), le rayon farine, sucre et autres produits pour la pâtisserie et le rayon des moules à gâteaux...
Bon j'ai craqué : 2 magazines, 1 livre et des petits moules en carton trop mignons....


Le seul problème c'est qu'en quittant le parking je me suis rendue compte que je n'avais pas acheté de poudre de lait...
Et dire que j'étais venue pour acheter du sucre perlé et de la poudre de lait!


Oh non mais ce n'est pas vrai!!!
Je suis la reine des truffes!!!!


Heureusement il y a un G20 pas trop loin, je fais donc un détour pour aller acheter la fameuse poudre de lait...


De retour à la maison je ré-attaque la préparation de ma brioche.
Je suis de nouveau dans le défi!


Aller hop 500g de farine dans la cuve du robot, suivie de 140g de sucre, 10g de fleur de sel de l'île d'Oléron, 25g de levure fraîche 10g de poudre de lait (il ne faudrait pas l'oublier...) et 15g d'eau de fleur d'oranger. J'ajoute les 2/3 des 250g d'oeufs et je mets le robot en marche à petite vitesse.
Au bout de 2/3 minutes j'ajoute le reste des oeufs.
Je remets en marche le robot.
J'ajoute 80g de pâte fermentée et c'est reparti pour le pétrissage.
Pour finir j'ajoute 175g de beurre pommade en morceaux et je laisse le robot bosser pendant 4 à 5 minutes.


Pendant ce temps-là je me fais un petit café (oui je suis caféinomane!)...


Je récupère ma pâte à brioche que je place sur un petit plateau filmé, je la filme et direction le congélateur pour prendre le froid...


Moi j'en profite pour faire la vaisselle (y'a des fois je le demande si je ne fais pas plus la vaisselle que de la pâtisserie... Non!!!!) et pour mettre la pâte fermentée dans des petits sacs pour la congeler.


Et pour le dessert j'ai des fraises!!!
Oui j'ai fait un caprice au supermarché et j'ai cédé...
Mais elles me faisaient trop envie...
Quelle déception!!!!
Aucun goût, en même temps il fallait s'en douter, on est le 21 mars, même en Espagne il n'y a pas assez de soleil...
J'ai été obligée de faire une crème fouettée à la vanille pour donner un peu de goût...


Après ce fiasco je retourne à ma brioche.
Je la sors du congélo, elle est bien froide.
Je pèse des pâtons de 100g, j'en obtiens 12 (ah oui quand même...).
Je prends les pâtons un à un et je forme des boudins pas trop longs, quand j'ai fini les 12 je reprends le premier, je l'allonge, puis le deuxième et le troisième subissent le même sort.
Je soude le haut des trois boudins et je façonne ma tresse (autant prévenir tout de suite : je ne suis pas coiffeuse et je n'ai jamais eu les cheveux longs, donc je n'ai jamais fait de tresse à autre chose que mes poupées Barbie... Je vous demande donc toute votre indulgence...). Je soude les bouts et je les place dessous (je fais tout comme Régis indique de faire dans la vidéo). Et je place la tresse sur une plaque (super périlleux à faire, pour la prochaine je approcherai la plaque avant).
Et donc je recommence avec les autres pâtons pour avoir au final 4 tresses.
Je casse un œuf que je bats et je badigeonne mes tresses.
Je suis assez fière de moi... Ça ressemble un peu à celle des chefs et à celles de Marie Anne.


Je les place dans le four éteint (pour les protéger des courants d'air) et c'est parti pour la pousse...


Si je me faisais un café? (No comment!!!!)


Comme j'ai horreur de ne rien faire, que je n'envisage même pas de faire une sieste (une quoi??? C'est quoi l'idée? Une insomnie en pleine journée! Non merci...) je réfléchis à ce que je pourrais faire. Comme on est en pleine journée je peux utiliser la machine à coudre (oui j'ai pitié de mes voisins la nuit...).


Je sais! Je vais faire un sac pour transporter les brioches!


Aussi sec je sors les tissus, je prends les mesures et c'est parti!!!


En cours de route je sors les brioches du four pour le mettre à préchauffer et je retourne à ma couture.


Mon sac se termine quand le four est chaud.


Je dore à nouveau les brioches, je mets du sucre en grain (que je n'ai pas oublié ce matin au supermarché...) et j'enfourne...


Tatatatin....


J'ai un peu les pétoches....


Je les surveille de près... Pour tout dire je me suis assise sur le marchepied dans la cuisine, je ne les quitte pas des yeux...


Quand elles sont bien dorées j'ouvre le four et là j'ai pris une grande bouffée de fleur d'oranger...
C'est divin!!! Je suis transportée en Vendée!!!


Je sors les 2 premières, les 2 autres ont encore besoin de 2 petites minutes de cuisson.


Elles sont belles!
Je les admire...


J'ai réussi!!!!!


J'ai envie de le crier...


Je sors les 2 dernières, elles sont encore plus belles...


Je pose les 4 brioches côte à côte... Wahouuuu!!!


Vivement le prochain défi!

Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne
Le défi de la brioche vendéenne

Publié dans Défis, viennoiserie

Commenter cet article