La brioche feuilletée

Publié le par Céline Lemaitre

La brioche feuilletée

J'ai vaincu la malédiction de la levure de boulanger!!!


Depuis quelques temps je me débats avec la levure de boulanger, entre les kouglofs au goût très prononcé de levure et les roulés à la cannelle qui avaient trop poussé je commençaient à croire qu'on m'avait jeté un sort.
Mais comme je suis du genre têtue et que je ne supporte qu'un truc puisse me résister j'étais bien décidée à me battre.
Comme il serait trop simple de faire juste une brioche et que pour avoir déjà goûté la brioche feuilletée je trouve que c'est trop bon, mon choix était vite vu.


L'idée commençait donc à faire son chemin quand les chefs Damien et Régis ont mis en ligne la vidéo de la brioche feuilletée (https://m.youtube.com/watch?v=xeL-B5XzTJk).


Tout était mis en place pour que je me lance.
J'ai réuni les ingrédients et ce matin je suis partie à l'assaut de la brioche feuilletée.


Après un grand moment de solitude, Youtube refusant de lire la fameuse vidéo (déjà visionnée 4 fois hier), j'ai pris une grande inspiration et résolu le problème technique...


Cette fois c'est la bonne : la vidéo démarre, le beurre est pommade, la levure de boulanger sortie du frigo!!!


Je me lance dans la réalisation de la pâte (aidée de mon fidèle kitchenaid), jusque là tout va bien. J'ajoute le beurre en petits morceaux et je laisse le robot pétrir la pâte.


Première étape réussie, je sors la pâte , la filme et la mets à refroidir au frigo.
Dans la vidéo le chef Régis dit bien qu'elle ne doit pas monter et la leur ne monte pas...
Pourquoi moi ma pâte lève dans le frigo?????
Je mets le frigo à fond!
Elle lève toujours...
Excédée je la sors du frigo, je la dégaze un peu et je la colle au congélateur (non mais je ne vais pas me laisser em..... par une pâte à brioche!)


Bon cette fois elle ne monte pas.


Là j'arrive à l'étape plus technique : le feuilletage (j'avoue m'être demandée pourquoi avoir choisi cette recette).


Au final ce n'est pas si compliqué que ça...
Par contre quand on a une cuisine de lilliputienne dépourvue de plan de travail, on se retrouve à étaler la pâte sur la table de salle à manger, à lancer de la farine... C'était un peu apocalyptique (moi les chefs m'épatent toujours à travailler super proprement).


Je remets la pâte au frais (frigo toujours à fond), en attendant je sirote un café sur mon canapé.


Et cette fois je vais façonner ma brioche, je l'étale et la roule. J'obtiens un beau boudin que je découpe en tronçons que je place dans un moule à crémaillère (plus facile pour le démoulage).


Le chef Régis a dit que la pousse devait être lente et longue, je mets donc le moule dans le four (éteint bien entendu) pour la protéger des courants d'air.


J'ai deux heures devant moi, je me refais donc un petit café et je prépare le déjeuner (aiguillettes de poulet à l'ananas et quinoa).


Deux heures plus tard (je vous passe la vaisselle, le linge à étendre...) je sors la brioche du four et là je le vois, je le sais :
J'ai vaincu la malédiction!!!!
Elle est trop belle, elle a bien poussé!!!
Je suis trop fière de moi!!!!


Donc je fais chauffer le four, je dore la brioche et j'enfourne...


Après 45 minutes de cuisson (bon je l'ai déjà sortie 3 fois pour vérifier la cuisson...) je sors ma brioche, elle est toujours aussi belle!!!!


Je suis trop contente!!!!!

La brioche feuilletéeLa brioche feuilletéeLa brioche feuilletée
La brioche feuilletéeLa brioche feuilletéeLa brioche feuilletée
La brioche feuilletéeLa brioche feuilletée
La brioche feuilletéeLa brioche feuilletée

Publié dans viennoiserie

Commenter cet article